Contrôle de pipelines

Interventions sur pipelines

OBTURATION CRYOGÉNIQUE

Le procédé d'obturation cryogénique consiste à geler localement le liquide contenu dans la canalisation en utilisant les frigories d'un fluide cryogénique.

Le fluide frigorigène le plus courament utilisé est l'azote liquide (-196°C à la pression atmosphérique).

Mise en œuvre :

  • Un caisson adapté au diamètre extérieur du tube forme l'enveloppe de refroidissement. Ce caisson est réalisé en acier inoxydable ou, pour les petits diamètres, en polystyrène.

    La mise en place du caisson s'effectue après avoir dépouillé localement la canalisation de son enrobage ou de son calorifuge.

    Le remplissage en azote liquide de la boite de congélation se fait jusqu'au recouvrement de la génératrice supérieure du tube. Ce niveau doit être maintenu pendant toute la durée de l'intervention. Le bouchon de glace se forme alors suivant une progression annulaire, se développant de la paroi du tube vers l'axe de la canalisation.

    Une fois le bouchon de glace formé, l'approvisionnement en azote de l'enveloppe se limite à maintenir un niveau suffisant.

Obturation cryogénique

Consommation d'Azote liquide

  • La consommation d'azote liquide est liée à divers paramètres : diamètre de la canalisation, température ambiante, température du fluide, nature du fluide, temps de maintien du bouchon, …

    Schéma obturation cryogénique

Risques et limites de la méthode

    Quoique d'une technologie simple, l'obturation cryogénique n'est pas sans présenter des risques et doit être utilisée en toute connaissance de cause.

  • Risques liés à l'azote :
    Les risques sont dûs à l'azote liquide (brûlures cryogéniques) et à l'azote gazeux (danger de sous oxygénation de l'atmosphère ambiante).
  • Risques métallurgiques :

    Dans la plupart des cas le métal de la tuyauterie n'offre pas de garantie de résilience à la température de l'azote liquide et il y a fragilisation de la zone gelée. Pendant la réalisation de l'obturation cryogénique (ou le maintien du bouchon) il est nécessaire d'éviter les chocs sur la tuyauterie.

    De même on évitera de geler des zones comportant des soudures ou des pièces de forme (coudes en particulier).

  • Limites de la méthode :

    II est recommandé, dans la mesure du possible, de réaliser l'obturation cryogénique sur de l'eau. Certains produits gelés ne présentent pas en effet de consistance suffisante pour retenir une pression même faible.

    II n'existe pratiquement pas de références d'obturations cryogéniques réalisées sur des canalisations de diamètre supérieur à 20".